Le choeur
Le choeur

Le choeur

Fiat Cantus

Créé en 1997 par la cheffe d’orchestre Pascale Jeandroz, l’ensemble vocal Fiat Cantus regroupe aujourd’hui une trentaine de choristes amateurs de haut niveau, encadrés par un chef de chœur, plusieurs professeurs de technique vocale et différents intervenants professionnels ponctuels.

D’abord consacré à l’exploration du répertoire romantique allemand (Schumann, Brahms, Rheinberger) et du répertoire impressionniste français et anglais (Poulenc, Vaughan Williams, Debussy), l’ensemble s’est ouvert par la suite à la musique contemporaine, créant plusieurs oeuvres du compositeur franco-ukrainien Dimitri Tchesnokov (Alleluia, 2009 ; Sengoku no yo, 2010 ; Concerto n°2 pour choeur et piano, 2013) et popularisant depuis 2011 la messe de Steve Dobrogosz dans ses concerts à Paris et en province. Ces deux dernières saisons, il a notamment collaboré avec l’orchestre de Chambre de Paris, l’orchestre de l’opéra de Rouen-normandie, l’orchestre national d’Ile-de-France pour différentes productions données au théâtre des Champs Elysées, aux Folies Bergère, au Théâtre Impérial de Compiègne,...

Son dernier enregistrement, "Ode à la France" (Hortus 2018), valorisant de nombreux inédits pour choeur et piano de l'époque de la première guerre mondiale (Cathédrales de Gabriel Pierné, Ode à la France de Claude Debussy,...), a reçu un accueil chaleureux de la part de la critique musicale : 5 diapasons (12/2018), 3 coeurs Forum Opéra,...

Sous la direction de Léo Warynski entre 2006 et 2010 puis de Rémi Aguirre- Zubiri, l’ensemble est dirigé depuis la saison 2013-2014 par Thomas Tacquet.

Sopranos
Ivane Beugnet
Marianne Carion
Iris Keller
Laura Kimpe
Agnès Bucquet
Catherine Chattard
Elaura Chevreux
Mathilde Marié

Altos
Camille Arbouz
Christelle D'Hughes
Catherine Gasse
Waku Malanda
Florence Mestais
Hélène Richard
Marie Scirocco
Elodie Louvet

Ténors
Simon Bozonnet
Thomas Marfoglia
Michael Sorenstam
Hugo Rochard
Christian Vasseur

Basses
Thierry Chapelier
Michel Condemine
Pierre Marin
Timothée Ossorguine
Philippe Torrens
Enis Atallah
Bertrand Boullé
Bernard Parzysz
Samuel Pilot

Thomas Tacquet
Thomas Tacquet

Thomas Tacquet

Le chef de choeur

Pianiste, chef de chant, chef de choeur, Thomas Tacquet est titulaire de masters en accompagnement vocal et en direction de chant (CNSMD de Paris), de licences en piano, accompagnement (CNSMD de Paris), musicologie et philosophie (Université Paris IV-Sorbonne) ainsi que de DEM («premiers prix») en direction de chœur, clavecin et formation musicale (CRR de Paris). Aujourd’hui spécialisé dans l’accompagnement du chant et les pratiques chorales, Thomas Tacquet est notamment claviériste chef de chant du chœur régional d’Ile-de-France (dir. M. Piquemal) et à la maîtrise de notre- Dame de Paris, chef de l’ensemble vocal Fiat Cantus (Paris) et organiste de l’église réformée des Batignolles (Paris).

En qualité de pianiste, il a été au cours des dernières années lauréat de nombreux concours nationaux et internationaux, notamment la Kaufmann European Music Competition (Bruxelles – Belgique), le concours international Jeune Musique (Fribourg – Suisse), le concours Grotrian-Steinweg (Braunschweig – Allemagne).

Ayant assuré plus de 60 concerts au cours de l’année 2017-2018, il a travaillé les saisons dernières comme pianiste, chef de chant ou chef assistant auprès, entre autres, des chefs Howard Arman, Georges Pehlivanian, Sofi Jeannin (Chœur Philharmonique de Radio-France), Léo Warynski (Les Métaboles), Enrique Mazzola (Orchestre National d’Ile de France), Jérôme Correas (Les Paladins), Mélanie Levi-Thiebault (Manifesto), Jean-Philippe Sarcos (Le Palais Royal), Lionel Sow, Jean Sourisse, ... ; mais également de nombreux chanteurs et professeurs de chant : Sir Willard White, Yves Sotin, Béatrice Uria-Monzon, Rosa Dominguez, Margreet Honig...

Dans sa discographie récente, notons le CD Ode à la France à la direction de son ensemble Fiat Cantus, récompensé de 5 diapasons (Hortus 2018), le Stabat Mater d’A. Scarlatti, enregistré avec l’ensemble Zene (dir. B. Kele-Baujard) en qualité d’organiste continuiste (Klarthe 2017), ou la Misatango de Palmeri comme pianiste soliste en compagnie de l’orchestre Pasdeloup et du chœur régional d’Ile-De-France (Hortus 2016).

Egalement passionné par la dimension visuelle de la musique, il collabore régulièrement avec les metteurs en scène Luc Clémentin, Hubert Colas, Charlotte Nessi et Coline Serreau sur des spectacles mêlant arts scéniques et musique classique, donnés entre autres à l’amphithéâtre de l’opéra Bastille, l’opéra de Saint-Étienne, l’opéra de Vichy...

Cécile Achille
Cécile Achille

Cécile Achille

Professeur de technique vocale

Formée initialement au sein des chœurs d’Enfants et d’Adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris, elle intègre ensuite le CNSMD de Paris dans les classes de Mireille Alcantara et Elène Golgevit. Se perfectionnant dans le lied et la mélodie avec Anne Le Bozec et Jeff Cohen, dans le répertoire baroque avec Kenneth Weiss, elle étudie les rôles avec Florence Boissolle, Olivier Reboul et Susan Manoff.
En scène, on a pu la voir dans les rôles de Papagena, Eglé (Echo et Narcisse, Gluck). Elle a fait ses débuts en 2011 à l'Opéra-Comique dans le rôle d'Antoinette (O mon bel inconnu, Hahn). Elle travaille sous la direction de chefs tels que Nicolas Krüger, Emmanuel Olivier, Lionel Sow, Emmanuelle Haïm, Laurence Equilbey, Alain Altinoglu ou encore Paavo Järvi; avec des metteurs en scène tels que Marguerite Borie, Emmanuelle Cordoliani, Vincent Vittoz, Charlotte Nessi, Thierry Thieû Niang, Michel Fau, Guillaume Gallienne et Jérôme Deschamps. Au concert, elle se produit dans divers festivals et salles telles que le Théâtre du Châtelet, la Salle Pleyel et le festival Spec'n'arts d'Athènes et interprète les Vêpres à la Vierge de Monteverdi en la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Lauréate du prix de chant 2010 de l'Académie Internationale de Musique Maurice Ravel, elle forme un duo avec la pianiste Aeyoung Byun. Membre de l'Académie 2013 de l'Opéra-Comique, elle a pris part à une intégrale des mélodies de Poulenc et y a interprété les rôles de Françoise dans Ciboulette de Hahn et de Maguelonne dans Cendrillon de Viardot. Cécile Achille bénéficie du soutien de la Fondation de France par l'attribution du prix Dauphin de Verna et de la générosité de la Fondation Meyer.

Delphine Guévar
Delphine Guévar

Delphine Guévar

Professeur de technique vocale

Après avoir découvert le chant dans une Maîtrise, Delphine Guévar obtient un DEM et un Perfectionnement de chant au CRR de Paris puis un Master de chant dans la Hochschule de Cologne. Sur scène on a pu l’entendre principalement en France ou en Allemagne dans des rôles comme Fragoletto dans les Brigands d’Offenbach, Despinio dans la Passion Grecque de Martinù, Didon dans Didon et Enée de Purcell, Arminda dans la Finta Giardiniera de Mozart ou la troisième dame dans la Flûte enchantée de Mozart. Sa curiosité la pousse à interagir avec d’autres disciplines: elle a ainsi prêté sa voix au Henri VI de Thomas Jolly. Actuellement, elle participe à la création de l’Ebloui, un opéra contemporain faisant intervenir des marionnettes inspirées du bunraku japonais.

Sylvia Kevorkian
Sylvia Kevorkian

Sylvia Kevorkian

Professeur de technique vocale

C‘est après une licence de lettres que Sylvia entreprend l’étude du chant au Conservatoire de Paris, dans la classe d’Isabelle Garcisanz, où elle obtient un premier prix à l’unanimité ainsi que le premier prix de l’U.F.A.M. en 1996. Elle se perfectionne ensuite auprès de Teresa Zylis-Gara .

Très vite, elle est engagée dans des œuvres aussi variées que les Pêcheurs de Perles de Bizet à l’Opéra de Nîmes dans le rôle de Leila ou celui de Suor Angelina dans une mise en scène de Paul Emile Fourny.

Avec le Concert Baroque elle interprète Didon de Campra et participe avec les Talens Lyriques à la recréation de la Didon de Desmarest au Festival de Beaune, sous la direction de Christophe Rousset. Elle participe au festival de l’Abbaye Saint-Victor à Marseille avec le Requiem de Verdi et chante le rôle de Donna Anna dans Don Giovanni.

Sylvia Kevorkian est la protagoniste de l’oratorio Madeleine aux pieds du Christ de Caldara au Festival de la Chaise-Dieu, ainsi que Léonore du Trouvère de Verdi dans sa version française au Festival de Lanaudière à Montréal.

Elle fait ses débuts à l’Opéra d’Amsterdam dans L’amour des trois oranges de Prokofiev, mis en scène par Laurent Pelly et dirigé par Stéphane Denève ainsi qu’à l’opéra de Nice pour La vie Parisienne

Elle a été récemment sollicitée pour interpréter le rôle de Karolka dans Jenufa à l’opéra de Strasbourg dans une production de Robert Carson ainsi qu’à l’opéra de Rennes en 2012.

Sylvia Kevorkian a également fait ses débuts en 2011 dans Carmen à Tokyo sous la direction d’Hikotaro Yazaki, rôle qu elle a depuis repris deux fois sous la même direction.

Elle a participé à une création du compositeur Dominique Dupray ainsi qu’à divers oratorios tel que le Requiem de Verdi ou le Stabat Mater de Dvorjak, ou encore divers récitals de mélodies françaises accompagnés par les pianistes Eugene Asti pour le festival dOxford ou Francois Daudet dans le cadre du festival de musique de Dieulefit durant l’été 2013.

Durant la saison 2013-2014, elle reprend la Walkyrie à l’opéra de Rennes, avec le rôle d’Helmwige pour lequel elle avait déjà été engagée par l’opéra de Strasbourg en 2008.

Elle vient de chanter le rôle de Tamiri dans Il Re pastore de Mozart sous la direction de Claude Schnitzler et doit interpréter Madame Lidoine dans le Dialogue des Carmélites ainsi que le rôle de Metella dans La Vie Parisienne d’Offenbach à l’opéra de Rennes en avril 2016.

Sylvia Kevorkian enseigne dans le cadre de la Philharmonie de Paris depuis 2011 et donne également des cours particuliers.